Sumetskaya

Clip Sumetskaya d’Otava Yo

Le clip Sumetskaya, paru en 2015, a rendu le groupe Otava Yo célèbre dans le monde entier. Le tournage a eu lieu en 2014 aux environs de Vsevolojsk, ville proche de Saint-Pétersbourg, dans l’isthme de Carélie. Cet endroit est appelé « Sept Lacs » et la nature y est très belle. Le petit lac avec un îlot au milieu où le groupe a tourné le clip est en forme de coeur, ce qu’on peut voir à la fin de la vidéo. Cette découverte faite des le début du tournage grâce a l’utilisation d’un drone, a émerveillé tous les participants.

« Sumetskaya » est le nom d’une mélodie traditionnelle russe originaire de Soumy. Il existait plusieurs toponymes Soumy en Russie dont un dans la région de Pskov. C’est pourquoi on trouve dans le texte le mot skobar (au pluriel skobari) qui est le surnom des habitants de Pskov.

Cette mélodie accompagnait les batailles équipe contre équipe qui avaient lieu lors des grandes fêtes.
Pendant ces affrontements on chantait également des tchastouchkas, des quatrains rimés au contenu provocateur dans le but de s’encourager et de mettre son adversaire hors de lui. Parmi les centaines des tchastouchkas qui existent pour cette occasion, les musiciens ont choisi leurs préférées.

Bouza

Le succès du clip est aussi dû à la participation du groupe « Bouza » qui perpétue une pratique de l’art martial du nord-ouest de la Russie (appelée justement « bouza ») qui inclut aussi la danse.
Pendant le confinement causé par l’épidémie du coronavirus, en avril 2020 Otava Yo a mis sur Youtube une vidéo où un des membres-fondateurs de « Bouza », Denis Antipov, propose une séance de gymnastique :

Gym bouza

Voici une version concert de Sumetskaya avec la participation remarquable du groupe Bouza:

Sumetskaya version concert

Voici la traduction des tchastouchkas en français:

Eh, qui arrive, tiens regarde,
Qui arrive, mais qui arrive :
Sur une jument qui boite
Voici venir nos skobari.

Les skobari, des drôles des gars,
Ils rentrent à la maison d’une foire,
Dévêtus ou déchaussés
Ou bien la tête fracassée.

Jouez-moi un chant skobar
Qu’il soit drôle et fripon,
Pour que moi, pauvre pécheur,
N’aie plus mal à mon bidon.

Jouez-moi une chanson
Pour que mes jambes puisent gigoter
Que devant nous tous les morveux
Ne s’avisent pas de sauter.

Je voudrais bien parader,
Parader, me pavaner.
Et, vous dire la vérité,
J’aimerais bien me bagarrer.

Qui est donc ce petit gars
Qui n’arrête pas de sautiller ?
N’a-t-il pas peur de recevoir
Un coup d’baton de peuplier ?

Pour une sortie je m’préparais,
Reçu un sou de mon papa.
La mère me murmure à l’oreille :
Ne te soûles pas, mon petit bêta.

Je suis né très téméraire,
Je suis un homme sans foi ni loi.
Si on me coupait la tête,
J’y attacherais un bout de bois.

Je me courbe, je brimbale,
Je vais me faire porter pâle.
Donnez-moi une pinte pleine :
Un médecin, c’est pas la peine.

Plus bas que terre nous mettons
Ceux qui nous traitent de biberons.
Avec nos sous on s’est soûlés,
Personne ne nous a rien donné.

On me tapait, on me battait,
Toucher mon œil on essayait.
On n’a atteint que mon épaule,
Je suis debout et je rigole.

Faut-il toujours mourir d’chagrin ?
Faut-il toujours être malheureux ?
Donnez-moi un petit temps,
Un instant pour être joyeux.

La copine avait des nattes
Qui en boucles descendaient.
Et pour ces jolies nattes blondes
Avec mon pote on se battait.

Mon camarade, mon aigle chéri,
Où est-ce que tu m’avait conduit ?
Conduit à la sombre forêt
et jusqu’à la maison d’arrêt.

Les jeux, les joutes sont finis,
L’heure est venue d’une halte faire,
L’heure de contempler la vie
A travers la grille de fer.

Dans la prison de Pétrograd
Les escaliers tournoient.
Nous y étions, nous y chantions,
Mon camarade et moi.

Joue, mon pote, je vais chanter,
Mon ventre cessera de gargouiller.
Pourvu que les gens en causent,
La prison sera plus joyeuse.

Voici les tchastouchkas en russe:

Ой кто там едет кто там едет,
Кто там едет посмотри.
А на хромой то на кобыле
Это наши скобари.

Скобари, народ потешный,
Едут с ярмарки домой.
Кто раздетый, кто разутый,
Кто с разбитой головой.

Вы сыграйте мне такого
Скобаря потешного,
Чтобы брюхо не болело
У меня, у грешного.

Вы сыграйте мне такого,
Чтобы ноги дрыгали,
Чтобы всяки сопленосы
Перед нам не прыгали.

Поломаться, поломаться
Поломаться хочется.
А сказать-то и по правде,
И подраться хочется.

Это чей там паренёк
Выдаёт коленца?
Не досталось бы ему
Осинова поленца.

На гулянку собирался,
Батька сунул пятачок.
Мамка на ухо шепнула:
"Не напейся, дурачок!"

Я отчаянным родился
И ничем не дорожу.
Если голову отрубят –
Я полено привяжу.

Ломаюся, сгибаюся,
Скажу, что не здоров.
Принесите мне пол-литру
И не надо дохторов.

Мы в гробу того видали,
Кто нас пьяницей назвал.
На свои мы деньги пили,
Нам никто не подавал.

Меня били-колотили,
Все по глазу норовили,
Угадали по плечу -
Я стою и хохочу.

Ой не всё же с горя плакать,
Ой не всё же мне тужить.
Дайте маленькое времечко
Весёлому побыть.

У подружки русы косы
Ниже пояса вились.
Ох за эти русы косы
Мы с товарищем дрались.

Ой товарищ мой орёл,
Ты до чего же меня довёл?
Довёл до леса тёмного,
До домику казённого.

Поигралися, подралися –
Придётся посидеть.
За железной за решеточкой
На волю поглядеть.

Петроградская тюрьма -
С поворотом лесенки.
Мы с товарищем сидели,
Распевали песенки.

Ты играй, я буду петь,
Не так живот будет болеть.
Пускай люди про нас судят,
Веселей будет сидеть.

Laisser un commentaire